Actualités

Capture d’écran 2012-04-06 à 18.41.07

Guillaume Moreau démontre le potentiel de la OAK-Pescarolo à Sebring

18/03/12

Les 12 Heures de Sebring marquaient le coup d’envoi du Championnat du Monde d’Endurance où Guillaume Moreau était en piste sur la OAK-Pescarolo #15 alignée par OAK Racing, aux côtés de Dominik Kraihamer et Bertrand Baguette. Si la performance était bien là dès les premiers, la course a réservé son lot de surprises au trio, avec une casse moteur à trois heures de l’arrivée. « C’est une course un peu frustrante pour nous » résume le pilote de la Région Limousin. « La performance était bien là et nous avons montré le potentiel de la OAK-Pescarolo. Tout le travail effectué par l’équipe durant l’hiver a donné entière satisfaction, mais cela n’aura pas suffi. »

Les essais donnaient entière satisfaction au pilote OAK Racing, chargé de qualifier l’auto : « Nous avons sur chaque séance occupé les positions de tête des « Essence » en venant même titiller les Audi. J’étais satisfait de ma qualification en me plaçant tout juste derrière la HPD. » Malheureusement la #15 devait s’élancer en fond de grille, comme l’explique Guillaume : « A l’issue des vérifications techniques, nous avons été rétrogradé en fond de grille. Partir 62ème sur un tracé comme Sebring s’avérait être un gros challenge. L’objectif était de remonter le plus vite possible dans la hiérarchie sans prendre le moindre risque. J’apprécie ce genre de défi et je n’ai pas commis la moindre faute en prenant les bonnes décisions dans le trafic. Au fil des tours, nous sommes revenus au contact des leaders en pointant dans le quinté de tête à l’issue de mon double relais. »

Bertrand Baguette poursuivait le travail, avant que Dominik Kraihamer ne prenne le relais. « Dominik s’est fait harponné par un autre concurrent qui l’a envoyé dans le mur » poursuit Guillaume. « Lors de l’arrêt suivant, il a fallu changer l’extracteur, ce qui nous a coûté trois tours et de précieuses places au classement. Je suis ensuite reparti en piste, avec le ferme intention de remonter dans la hiérarchie avec des gommes Dunlop tendres. Le comportement de l’auto était parfait, mais dans la foulée de mon meilleur tour en course, j’ai perdu toute la puissance moteur, et j’ai dû m’arrêter en bord de piste. C’en était terminé ! »
« Cet abandon est frustrant car le package est très bon. Durant toute la semaine, nous avons montré qu’il fallait compter sur nous. L’auto est exceptionnelle et je tiens à rendre hommage à toute l’équipe pour le travail fourni. Je tiens également à féliciter l’équipage de la voiture sœur pour son podium de catégorie, la Morgan 2012 LMP2 montrant elle aussi qu’elle était au rendez-vous. Cette saison, la catégorie LMP1 « Essence » ne manque pas de piment avec de belles bagarres. Il ne reste plus qu’à concrétiser. Ce sera notre prochain objectif à Spa-Francorchamps en mai, pour la répétition générale avant les 24 Heures du Mans, point d’orgue du Championnat du Monde d’Endurance. Nous avons grillé notre joker et nous devrons coûte que coûte rebondir dans les Ardennes belges. »

Prochaine course à Spa-Francorchamps le 5 mai.